AccueilAccueil  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Feuille d'Automne et son amour perdu...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Feuille d'Automne et son amour perdu...   Dim 23 Sep - 10:46


Fanfiction by Kitsoo™
Feuille d'Automne et son amour perdu




PROLOGUE
...



Patte d'Automne était assise à l'entrée de la pouponnière, le regard dans la vague. Sa queue qui fouettait le sol trahissait son impatience. Petite Mirabelle, sa sœur et Patte de Brouillard, leur camarade de tanière la rejoignaient pour partager sa joie : leur baptême d'apprentis allait commencer dans quelques heures ! La petite chatte ne tenait plus en place, accompagnée des deux autres, Patte d'Automne traversa le camp, surexcité en bousculant de temps à autre des guerriers faisant leur toilette ou des apprentis apportant du gibier frais aux anciens. Le soleil était presque à son zénit et l’on pouvait percevoir les petits gazouillements des oiseaux. Patte d’Automne s’arrêtait de temps à autre pour tenter d’attraper un ver de terre en imitant des techniques de chasse. Quelle belle journée ! pensa-t-elle. Dommage qu’ils devaient encore penser à éviter Graine de Tilleul, le guérisseur qui ne peu plus voir les futurs novices : 2 lunes auparavant Patte de Brouillard et Patte d'Automne et Petite Mirabelle s'était introduis dans sa tanière pendant qu'il dormait. Les jeunes chatons avaient mélangé toutes les plantes medecinales et pour que le guérisseur ne s'en aperçoive pas ils avaient recouvert son museau de bile de souris! Mais les chatons se sont fait avoir car Graine de Tilleul ne dort jamais les deux yeux fermés! C'est aujourd'hui la pire bêtise qu'un chaton aie pue faire et c'est depuis ce jour que les trois fripouilles sont connues de toute la tribu! Mais ils n'avaient pas fini de faire des bêtises.
C'est alors qu'une silhouette mince et élancée sauta sur le promontoire, l'heure n'était plus à la rigolade Étoile de Mer avait ouvert le début du baptême!...
Ses yeux verts perçants fixaient d’un regard indéchiffrable les 3 héros de la journée. Il hocha la tête et décocha un petit sourire comme pour lui même avant de commencer :
« Moi, Étoile de Mer, chef du Clan de la Rivière, j’en appelle à nos ancêtres pour qu’ils se penchent sur ces trois chatons. Il est l’heure pour eux de devenir des apprentis à leur tour, le chef survola l’assemblée du regard avant de s’arrêter net sur un de ses guerriers. Plume d’Aigle est-tu prêt à recevoir ta première apprentie ?
-Oui, répondit-il avec fierté, la queue bien haute.
-Alors nous comptons sur toi, approuva Étoile de Mer qui jeta un coup d’œil à l’intérrogé, Nuage d’Automne soit la bienvenue parmi nous ! » annonça-t-il accompagné d’un vague geste de la queue.
La petite chatte, inintéressée par tout ce monde qui la félicitait et connaissant par cœur les paroles du rituel, en oublia presque d’aller touche la truffe de son mentor.
Alors Étoile de Mer continua son discours en choisissant comme mentor pour sa sœur Lune de Glace :
« Nos ancêtres t’ont toujours fait confiance alors un apprenti de plus ne devrait pas te tuer, une petite pointe d’amusement s’éveilla de l’œil du chef. Enseigne-lui ton courage indomptable et ton honnêteté indéchiffrable ; Nuage de Mirabelle est à toi ! »
C’est alors que les poils de celle-ci se dressèrent, quand des cris de joie éclatèrent. Ce fut au tour du petit chat gris lorsque les 2 femelles s’étaient dissimulées dans la foule avec leur mentor.
« Rayon de Lune, nous te confions ton deuxième apprenti, sache faire de lui un véritable guerrier tout comme le précédent ; voici Nuage de Brouillard !»
Étoile de Mer encore perché sur le rocher, baissa la tête pour accueillir la petite boule de poils qui accomplit le même geste que les deux sœurs quelques minutes plus tôt.
Après de longues acclamations, les trois novices allèrent chacun de leur côté accompagnés de leur mentor appropriés, la tête bien haute, la queue en l’air, sautillant fière comme des paons.

Chacun suivis une initiation différente; le petit chat gris resta concentré sur son entraînement et devint aussi sage qu'un guérisseur. La jolie chatte au poil mi-long admirait son mentor et apprit avec facilité mais s’attirait quelques ennuis ; par exemple en franchissant les frontières. Tandis que Nuage d'Automne garda son caractère : entêter! Ce qui lui rajouta quelques semaines de plus d'entraînement. Car quand on ne veut pas être commandé, qu'on ramène toujours sa fraise et qu'on veut toujours avoir raison, on peut faire perdre la tête à son mentor! Heureusement ils s'entendaient à merveille, sinon Plume d’Aigle aurait déjà fini chez les anciens avec ses flancs déchiqueter, un oeil et une oreille et Nuage d'Automne ne serait plus que ses restes!

Les mois passèrent, Nuage de Brouillard changeait de jour en jour. Il devenait plus fort, ses muscles roulaient déjà sous son épais pelage et devint bientôt un grand et jeune guerrier ; Poussière de Brouillard. Aussi bien que Feuille de Mirabelle qui était devenue une jolie jeune chatte aussi séduisante que son mentor. Mais l’apparence trompe car son cette douceur se cache la ruse du renard ! Mais Nuage d'Automne était jalouse, son baptême étant reporté elle avait l'impression de ne jamais pouvoir réussir à devenir une véritable combattante ! elle se donnait pourtant tant de mal depuis que son camarade et sa sœur avaient été nommer guerriers.

Ses pattes s’enfonçaient un peu plus profondément à chaque pas. Nuage d’Automne courrait à grandes foulées dans la neige pour rejoindre son père. Une patrouille l’attendait juste à l’entrée du camp près à partir. Une journée idéale pour allé chasser près des Landes enneigées, quel beau paysage… Se réjouie-t-elle.
Le ciel était bleu azur, pas un seul nuage ne vint perturber la calme qui régnait dans l’atmosphère. Seuls les petits ruissellements de la rivière empêchaient le silence d’atteindre les environs. Flocon d’Avoine le chef de cette expédition leva la queue pour annoncer qu’ils partaient. La jeune chatte le rejoingnit, toute joyeuse, et la neige l’empêchant d’aller plus vite qu’elle ne le voulait la fit trébucher. Les regards moqueurs de son père et de son mentor, qui les avaient rejoint, fixaient, amusés Nuage d’Automne la tête pleine de poudreuse :
« Ne me regardez pas comme ça ! se plaignit-t-elle en s’ébrouant, vous allez me gacher la journée, elle s’assis la tête haute, Je suis sûre que vous avez fait bien pire quand vous étiez petits !
-Mais bien sûr que oui, répondit Plume d’Aigle qui s’approcha pour l’aider, Cela arrive à tout le monde…
-Laisse-moi tranquille, j’ai bientôt 12 lunes, je peux me débrouiller toute seule !»
Et elle se releva avant d’emboîter le pas à son père.
« La journée commence bien, renchérit Flocon d’Avoine à l’oreille du jeune mentor, Je la connaît il ne fallait pas la chercher.
-Pas besoin de mettre toute la faute sur moi, non plus !»
Plume d’Aigle donna un petit coup de patte à son aîné et accéléra le pas pour rattraper son élève. Et tout trois traversèrent la rivière en quelques mouvements.
C’est près du marécage que Plume d’Aigle attrapa la première prise de la journée. Nuage d’Automne le regard défiant et les moustaches frémissantes, elle pivota sur le côté, s’accroupit mettant tout son poids sur son arrière-train et …bondit ! Elle ressortit d’un petit bosquet avec, pendant de sa bouche, un petit mulot.
« C’est déjà mieux que rien, déclara-t-elle voyant que sa prise n’était pas très dodu, À la saison des Neiges c’est une chance d’attraper une proie comme celle-là !
-Et tu as surtout eu de la chance …
-Aller, Plume d’Aigle, ne sois pas jaloux, le taquina-t-elle, même si tu sais très bien, comme n’importe qui d’ailleurs, que ma prise vaux mieux que la tienne ! »
C’est alors qu’elle se mit à courir car elle savait qu’elle en avait trop dit. Alors le jeune guerrier se mit à sa poursuite et essaya en vain de la plaquer au sol. C’est comme ça que toute l’après-midi se passa et Flocon d’Avoine se fut obliger de courir pour les suivre.
Lorsqu’ils passèrent devant les Hauts Plateaux, Nuage d’Automne faillit franchir la frontière tant elle était émerveillée par le paysage.
« Ne franchis jamais cette frontière, tu entends! ordonna Plume d’Aigle à l’oreille de l’imprudente qui avait enfin réussi à la rattraper.
-Oui, mais…
-Chut ! rouspéta-t-il en humant l’air »
Une brise de vent fraîche leur amena une odeur bien curieuse venant des Landes. Un odeur de vengeance se mêlait aux parfums de l’hiver. Le Clan du Vent était-il attaqué ? Les trois félins se regardèrent surpris, quand ils entendirent des pas s’approcher, précipités de plus en plus fort ! Et l’odeur de l’envie se mélangeait aussi à celle des montagnes…Le Clan du Vent !
« Nous sommes attaqués ! » s’étrangla Nuage d’Automne.



CHAPITRE
1



"Retourne au camp prévenir les autres! Lui ordonna alors Flocon d'Avoine.
-Non, je ne partirai pas sans toi, deux contre toute une patrouille ennemie ce n'est pas sûr, c'est même fou! cria sa fille
-Je vois la sagesse qui règne en toi, Nuage d'Automne, lui dit son père, plus calmement, la fixant droit dans les yeux, je n'ai jamais douté une seule seconde de toi! Rentrons au camp et vite! dit-il plus sérieusement."
À peine arrivée au centre de la clairière tout le monde compris ce qui se passait la peur régnait dans l'atmosphère. Quand tout d'un coup une vague de félins déboula dans le camp! Reines, petits et anciens allèrent se réfugier dans la pouponnière, tandis que les autres formèrent une muraille pour empêcher les assaillants d’entrer. La barrière féline ne tint pas longtemps. Un mâle s’était jeté sur Poussière de Brouillard et tout deux se retrouvèrent bientôt au corps à corps roulant d’un bout à l’autre du camp. Nuage d'Automne voulant l'aider, se précipita vers lui, mais une patte la retint. Elle voulait se relever, mais le matou, deux fois plus gros qu’elle, s’attaqua à sa patte et la mordit jusqu'au sang!
Elle poussa un cri de détresse avant de s'écrouler par terre. Content d'avoir gagné si facilement le combat, le guerrier adverse se détendit. C'est alors que Nuage d'Automne le percuta de plein fouet avec son arrière-train et le félin, prit en flagrand-délit, atterri dans les fortifications du camp!
Mais l'apprentie n'eue pas le temps de se réjouir car une masse noire vint la heurter, si brutalement que Nuage d'Automne fit un vol plané ! C'était Pousse de Bambou, cette femelle aux yeux d'un vert remarquable était soi-disant une des forces du Clan du Vent ! Cette dernière se jeta sur l'apprentie et la plaqua au sol. Sous la masse de la femelle, Nuage d’Automne ne pouvait plus respirer. Pousse de Bambou planta ses griffes aiguisées dans les épaules de la jeune chatte et la griffa aussi lentement qu’une feuille morte tombante de son arbre, jusqu’au bout de sa queue ! La reine noire feula triomphale de son air adique. L’apprentie senti le sang gicler sur ses flancs et ses membres faiblir... elle allait tomber dans le néant, sa vue devint trouble et Nuage d’Automne luttait encore pour respirer…
Quand soudain le poids sur son dos n'était plus, elle entrouvrit les yeux et vit son père se battre contre la guerrière du Clan du Vent. Nuage d’Automne était sauvée. La respiration sifflante elle encourageait mentalement son père. Même si le clan attaquant faiblissait en nombre, la femelle au pelage couleur d’ébène avait de l'avantage sur Flocon d'Avoine. Nuage d'Automne était toujours à terre en piteux état, sa fourrure se mêlant aux gouttes écarlates. Et vulnérable, elle regarda son père se faire déchiqueter morceaux par morceaux, petit à petit, se débattre sans relâche, le courage dans la peau !
« Retraite Clan du Vent, retraite ! »
L'ordre du chef du Clan du Vent soulagea Nuage d’Automne, elle inspira fortement et soupira; la bataille était enfin arrivée à son terme.
Mais Flocon d'Avoine aussi!
Son corps gisait à présent sur le sol, baignant dans son sang qui s’éparpillait autour de lui. Nuage d’Automne, reprenant son courage à deux mains, se traîna jusqu’à son père et fourra son museau dans la fourrure du défunt.
C'est depuis ce jour que Nuage d'Automne s’était toujours débrouillée seule et refusa, avec une touche de colère toute aide proposées. C'est aussi la raison pour laquelle la haine pour le Clan du Vent la hantait chaque nuit, chaque matin, chaque jour...


Après la mort de leur père, chaque membre du clan vint consoler Nuage d'Automne et sa sœur, Feuille de Mirabelle. Toutes deux avaient été bien atteintes durant la bataille et se serraient l’une contre l’autre pour se consoler.
Étoile de Mer s'approcha et leur murmura toutes ses condoléances avant de s’adresser à l’apprentie :
« Nuage d'Automne, tu as été très courageuse et tu as une force mentale incroyable; perdre son père au combat en tant qu'apprentie ne doit pas être facile, Le mâle soupira et regarda Nuage d'Automne droit dans les yeux, Je t'ai vu te battre; en faisant la technique du vaincu, tu as résisté contre Pousse de Bambou, il est maintenant digne pour toi de devenir une guerrière ! »
Nuage d'Automne regarda son chef et le remercia d’un hochement de tête. Elle ne supporterait pas bien longtemps que son père n’assiste pas à la cérémonie.
« Ton père aurait été très fier de toi, reprit Étoile de Mer. Mais son âme est toujours là et il pourra t’admirer du haut du ciel, parmi les étoiles. Étoile de Mer leva un instant la tête pour regarder la Toison Argentée. C'était un de mes meilleurs guerriers, je pense que je l'aurai choisis comme lieutenant si celui actuel serait mort, il secoua la tête, Allez, viens nous allons commencer la cérémonie. »
Nuage d'Automne acquiesça et le suivit. Étoile de Mer monta sur le promontoire et ordonna le rassemblement avant de prononcer les paroles du rite habituel...

« Nuage d'Automne, promets-tu de respecter le code du guerrier de servir et de protéger ton clan jusqu'au périple de ta vie? annonça le meneur, enfonçant les prunelles de ses yeux vert dans ceux de la jeune chatte.
-Oui, répondit Nuage d'Automne, je servirai mon clan comme mon père l'a fait; jusqu'à la mort! s'exclama-t-elle le regard déterminé les larmes aux yeux, repensant aux souvenirs qu’elle avait vécu avec lui.
-Alors par les pouvoirs qui me sont conférés, par le Clan des Étoiles, je te donne ton nom de guerrière. À partir de maintenant tu t’appeleras Feuille d’Automne ! Nos ancêtres n’oublieront pas ton courage et ta détermination et nous t’accueillons dans nos rangs en tant que guerrier à part entière ! »

La cérémonie terminée tous ses camarades acclamaient son nouveau nom et vinrent la féliciter. Peu après, Feuille d’Automne s’éclipsa et alla s’asseoir à l’entrée du camp, dans le sable froid, recouvert par la neige. Jusqu’au lendemain matin, elle devait garder seul le camp pendant que ses conjoints veillaient son père.
Les odeurs de la forêt que lui apportait le vent la fit replonger dans ses souvenirs lointain. Elle se retourna brusquement à l’arrivée de sa sœur. La robe de celle-ci ondulait sous une soudaine bourrasque de vent. Puis elle s’assis près de sa cadette, le regard dans le vague :
« Nous endurons une étape très difficile, commença Feuille de Mirabelle. Le tristesse emplit nos chemins et seul le Clan des Étoiles sait ce que nous deviendrons !
-Moi se sera une carcasse que je deviendrai, se plaingnit Feuille d’Automne. Je ne mérite pas de vivre, C’est à cause moi que papa est mort ; si je n’était pas là il ne serait pas venu m’aider et n’aurait donc pas périt !
-Ne dis pas ça, répondit sa sœur en enroulant sa queue autour du cou de la jeune guerrière. Cela était preuve d’amour et rien n’est plus fort que l’amour ! Personne ne peut la vaincre, déclara-t-elle détournant son regard du vide et le plongeant dans celui de sa sœur, Il suffit d’y croire... »
Feuille d’Automne garda le silence quelques minutes avant d’ajouter :
« Alors, Pousse de Bambou est à moi ! promit-elle, Je te vengerai, père. Sois en sûr ! »
Elle leva la tête vers la Toison Argentée et fixa de ses yeux vert, émeraudes à présent, la lune presque pleine, avant de les refermer.



CHAPITRE
2



La pleine lune approchait. Feuille d'Automne l'attendait avec impatience, la haine et la tristesse dans le cœur. Ça allait tout de même être sa première assemblée en tant que guerrière. Pourtant, l'envie de plonger ses griffes dans la fourrure de l'assassin de son père quand elle arrivera la démangeait. Mais ce serait contraire aux lois du code du guerrier, ce qui ne serait digne d'une véritable combattante. Feuille d'Automne secoua la tête et se dirigea vers la patrouille pour le lieu de la trêve qui attendait les retardataires.
Une seule et unique question planait à présent sur le Clan de la Rivière mais restait jusqu'alors sans réponse : quelle excuse allait encore inventer le Clan du Vent pour son acte si injuste ?

Alors que la patrouille allait traverser un ruisseau pattes dans l'eau, la jeune guerrière décida de passer par un tronc d'arbre...glissant, pour ne pas se tremper ! C'est alors qu'un chat placé derrière elle s'écria :
"Ne traverse pas la bécasse tu vas tomber !
-Je ne reçois d'ordre de personne étant du même rang que moi, s'esclaffa-t-elle ! Je te signale que je suis une guerrière maintenant ! "
Son bien aimé camarade n'aura jamais le dernier mot avec elle, et comme celui-ci l'avait prévu...elle trébucha ! Le bruit retentit si fort que si bien tout le Clan se retourna vers elle avec une expression irritée. Quand elle sortit de la rivière, heureusement très basse et non forte de ce côté-là, avec aucune difficulté mais trempée jusqu'aux os, le chef la toisa durement avant de reprendre la route à la même allure comme si personne ne trainait derrière. Feuille d'Automne baissa la tête confuse sous les regards exaspérés de ses camarades. Un petit museau vint lui toucher la joue amicalement et son corps se colla contre celui mouillé de la guerrière.

« Ne t'en fait pas, ce n'était qu'un accident, tout le monde en fait.
-ça se voit que tu n'es pas à ma place, Poussière de Brouillard. Je vient juste d'être nommée guerrière et voilà que je tombe dans la rivière en me faisant remarqué par pratiquement tout le Clan. Peut-être va-t-on me retirer mon titre, s'affola-t-elle ?
-Ce qui compte c'est que tu te rende compte de ton acte même si ce n'est pas bien. Mais je ne pense pas qu'Etoile de Mer ferait une chose de ce genre, il te laissera encore ta chance pour prouver ta loyauté et ton courage même si tout le monde c'est que tu es déjà bien plus que tout ça, Poussière de Brouillard se mit à mordiller l'oreille de sa voisine pour la taquiner et lui remonter le moral.
-Tout ce que je sûre c'est que je leur ai déjà prouvé que je suis têtu comme une mule ! »
Les deux jeunes chats fermèrent la marche de la patrouille en rigolant, coller l'un contre l'autre.

Arrivés dans la clairière du lieu de rendez-vous, tous les membres du Clan se dispersèrent. Feuille d'Automne et Poussière de Brouillard allèrent rejoindre un autre groupe de guerriers quand ce dernier lui souffla .
« Viens, je vais te présenter quelqu'un. C'est un ami, oublie de quel Clan il vient, a la plaine lune nous sommes tous égaux, ne l'oublie pas !
-Je te rappelle que je suis une guerrière maintenant, je n'ai pas besoin qu'on me dise ce qu'il faut faire ! J'ai tout de même encore une cervelle pour me rappeler du code du guerrier, cracha-t-elle ! »

Son compagnon l'ignora, habitué a ce genre de réflexion. Ils s'arrêtèrent quand un jeune matou au poil gris court et aux yeux bleus océans approcha. Il salua d'un bref mouvement de tête Poussière de Brouillard et effleura amicalement la joue de Feuille d'Automne. L'échine de celle-ci se hérissa, puis recula pour se coller contre son ami de toujours. Ce chat avait l'odeur du Clan du Vent !
« Je suis vraiment désolé, expliqua l'accusé qui avait deviné ce que la femelle ressentait, Je ne voulais pas que cette attaque se produise...Je m'appelle Poil de Hérisson, lança le matou, gêné, pour changer de sujet. Poussière de Brouillard m'a beaucoup parlé de toi ! »

Feuille d'Automne le regarda avec un sourire forcé. Elle le fixait droit dans les yeux, elle était charmée par leur couleur...Poil de Hérisson n'était pas comme les autres elle le savait, sinon Poussière de Brouillard ne l'aurait pas emmené jusqu'à lui, elle sentait une nouvelle amitié naitre... la jeune guerrière secoua la tête déconcentrée, Le Clan du Vent était son ennemi fatal désormais !
Un cris strident retendit. Se retournant intrigué, tous comprirent que l'assemblée allait débuter. Feuille d'Automne installé à côté de Poussière de Brouillard écoutait avec attention, cette première assemblée allait être plus que mouvementée et cela la concernait en partie.

« Le Clan du Vent nous a attaqué il y a un quart de lune ! Quelles sont tes «excellentes» raisons Étoile de Soie; railla Étoile de Mer.
-Je n'ai rien à dire ! C'est à vous de donner des explications ; Le Clan de la Rivière chasse sur nos terres ! Lança la meneuse du Vent accompagnée de plusieurs approbations venant des membres du Clan qui essayait de ce défendre.
-Quoi !? Mais notre rivière abonde de poissons, s'esclaffa l'accusé, des miaulements retentirent depuis les derniers rangs. Inventes-tu des histoires pour nous humilier ? Ragea le mâle, les yeux illuminés par la colère. »

La tension monta dans la masse de félins. Etoile de Soie montra les cros près à bondir sur le chef du Clan de la Rivière qui sortait ses griffes aiguisées. Une odeur de peur et d'angoisse montait dans l'atmosphère et Feuille d'Automne se sentait mal alaise que sa première assemblée se passe dans de tels conséquences. Soudain la lune disparut derrière de gros nuages, les chats étaient sur leurs gardes mais ils allaient rentrer à présent et aucune bagarre n'aura lieu.

« L'assemblée est terminée, conclut Étoile de Souffre, du Clan du Tonnerre, nous en reparlerons dans une lune...avec un peu plus de concentration, ajouta-t-il avec un coup d'œil sévère vers les chefs du Clan de la Rivière et du Vent. »

Pourtant la guerrière brune n'était pas seraine; pourquoi le Clan du Vent les accusait-ils ainsi ? Trop de questions trottaient dans la tête de la jeune chatte. Poil de Hérisson la sortit de ses pensées quand il vint saluer ses deux camarades d'un coup de museau amical avant de rejoindre son Clan. Ces derniers firent de même rapidement pour ne pas retarder leur chef qui était pressé. Pendant le chemin du retour, Feuille d'Automne était dans la lune. Elle pensait au guerrier mystérieux du Clan du Vent. Il était tellement différent des autres...c'était la première fois que quelqu'un était aussi amical avec elle du premier regard, même Poussière de Brouillard se méfiait de son caractère étant petit. Feuille d'Automne se sentait bien avec lui, l'envie de plonger son museau dans sa fourrure la démangeait...Elle soupira et eu de suite un haut-le-cœur : était-elle amoureuse de Poil de Hérisson ? Malheureusement on ne choisit pas l'amour et c'était bien ça le problème ! Comment pouvait-elle aimer un guerrier du Clan qui avait tué son père, du clan qu'elle devait haïr, du clan qu'elle haïssait et qu'elle haïrait toute sa vie !



CHAPITRE
3



Les oiseaux chantaient et les rayons du soleil réchauffaient encore les pelages des félins malgré l’automne qui arrivait pas à pas. Un beau milieu de la forêt, sous cette belle matinée, le camp grouillait d’activité. Les nouveau-nés de Symphonie d’Eté jouaient joyeusement sou le regard attentif de la chatte blanche, accompagné de leur père. Les anciens avaient plutôt l’air en forme, racontant sans se lasser, des vieux comtes aux apprentis. De jeunes chasseurs revenaient avec des proies bien fraiches, la patrouille du début de journée partit, tous la queue bien haute. Et le chef, perché sur son promontoire, observait avec plaisir sa Tribu en activité.
Pourtant, en sortant du camp pour aller chasser avec Rivière de Perle et Cœur de Saumon ; Feuille d’Automne ne se réjouissait guère de la vie paisible que menait son Clan, en cette période. Elle était plutôt pensive, contrairement à d’habitude…comme l’avait remarqué le chat roux et blanc. Cela tapait dans l’œil, alors ce dernier jeta un regard inquiétant à la deuxième chatte. C’un hochement de tête approbateur, celle-ci s’approcha de Feuille d’Automne :
« Hé ! Qu’est-ce qui ne va pas, minette ? Tu es d’habitude la plus joyeuse et voilà que tu deviens la plus triste ! »
Feuille d’Automne secoua la tête en regardant son interlocutrice abasourdit, et fit mine de ne pas comprendre.
« Ho rien. Je suis simplement mal réveillée, c’est tout… »
Puis la jeune chatte rayée se contenta de lui sourire, avant de changer de sujet :
« Où allons-nous à présent ?
-Vers les Landes, déclara Cœur de Saumon qui était le chef de patrouille, les petits rougeurs doivent y être nombreux par ce temps si radieux. De plus nous en profiterons pour marquer le territoire. Cela fait bien quelques temps que les patrouilles ne sont pas passé par-là. »
L’idée d’aller du côté du clan du vent ne plût guère à la jeune chatte brune. Et rien qu’en voyant l’expression irrité de Cœur de Saumon , elle devina qu’il n’était pas plus enchanté. Mais celui-ci ne rebroussa pas chemin et se contenta d’avancer naturellement, Perle de Rivière et Feuille d’Automne sur les talons.
Tandis qu’ils marchaient, le vent soufflait un peu plus à chaque pas. Soudain, une odeur de fumet appétissant parvint à l’un des félins. C’est alors que Rivière de Perle s’arrêta nettement avec une telle agilité que les deux autres furent presque impressionnés. Ils n’eurent même pas le temps de localiser la proie épiée, que la grisette bondit. Se ramassant sur elle-même, et se retourna quelques secondes après vers ses camarades, une souris dans la gueule.
« Belle prise, s’exclama Feuille d’Automne. »
Rivière de Perle la remercia d’un hochement de tête et ils repartirent en cadence à la recherche de nouveau gibier. Arrivés vers les Hauts Plateaux, Cœur de Saumon avait déjà attrapé une buse, un mulot et traqué un jeune lapin qui s’était malheureusement enfuie de l’autre côté de la frontière. Puis Rivière de Perle ramena une deuxième souris encore plus grosse que la première. Enfin Feuille d’Automne suivit, baissant la tête, honteuse de n’avoir rien attrapé.
« Ne t’inquiète pas Feuille d’Automne, lança le matou roux. Ce n’est qu’un mauvais jour, cela arrive à tout le monde. »
Malgré ces paroles réconfortantes, la jeune guerrière ne fit que se renfermer sur elle-même. Elle ne releva que la tête que lorsqu’un petit bruit l’attira.
« Celle-là, c’est pour moi ! Mit-elle en garde. »
Elle fit deux petites foulées à plat ventre dans les herbes hautes jusqu’à ce qu’elle vit un énorme oiseau gris. Ce volatile était énorme ! Il faisait au moins deux fois la taille d’un apprenti en pleine croissance. Pourtant, Feuille d’Automne pressentait qu’il était inoffensif. La guerrière, impressionnée par sa découverte ne broncha pas…Elle fixa ses petits yeux jaunes, orange…elle secoua la tête éberluée ; ses yeux étaient devenus bleus ! Malgré la discrétion qu’elle possédait d’habitude, une petite brindille craqua sous son poids, lorsqu’elle avait reculé par méfiance. C’est alors que la bête se tourna face à la chatte rayée. Sa longue queue ondulait au-dessus de sa tête et les muscles de ses membres antérieurs roulaient sous sa fourrure grise perle. Feuille d’Automne réfléchit après un petit temps de réaction…C’était un chat !
Une sorte de décharge électrique se propagea dans le cœur de la guerrière. Cette journée s’annonçait plutôt bien quand elle avait vu cette belle proie…Depuis l’aube, Feuille d’Automne ne s’était pas encore souciée de se sentiments. Mais dès qu’elle reconnue l’être qui se trouvait devant elle n’eut plus de doute ; la chatte ne passerai pas un jour tranquille sans avoir parlé à Poil de Hérisson en personne.
Le temps de cette courte pensée, l’animal pris son envol, intact. La rage envahi d’un coup entièrement Feuille d’Automne. C’était bien sûre, encore une fois son imagination qui lui avait joué des tours. Être contrôlée par l’imaginaire, cela elle ne pouvait pas le digérer.
En prenant sur elle-même, elle se contenta d’un simple soupir désespéré. La guerrière revint bredouille vers ses deux compagnons en réfléchissant qu’elle excuse serait la plus crédible pour annoncer sa défaite.
Les derniers rayons du soleil étaient à peine visibles lorsqu’ils disparaissaient derrière les collines du Clan du Vent. Les trois félins décidèrent enfin de rentrer, heureux de s’éloigner de leur adversaires qui ne devaient même pas s’apercevoir de leur présence. C’était pourtant une belle journée qui se terminait ; une bonne chasse pour certains, des performances acquises pour d’autres, l’envie de vite s’endormir pour se réveiller les jours à suivre et profiter de la vie. Mais l’impatience de Feuille d’Automne d’être à la prochaine surmontait toutes les autres humeurs...
Revenir en haut Aller en bas
Paradis Sanglant
Modo Blood
«L'Obscurité cache parfois la Lumière»

avatar

Double(s)-Compte(s) : /
PUF : Blood
Messages : 537
Date d'inscription : 23/01/2013
Localisation : Dans ton âme.

Profil du Félin
Age du Félin : 19 lunes
Affinités :
Sexe et description:

MessageSujet: Re: Feuille d'Automne et son amour perdu...   Dim 3 Fév - 10:08

Je ne sais pas si j'ai le droit d'écrire ici, mais c'est super! à quand la suite?

________________________________

Merci beaucoup à Lait pour ce magnifique kit ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feuille d'Automne et son amour perdu...   Dim 3 Fév - 20:11

*haha* Mais biensûr que si tu as le droit de donner ton avis c'est fait pour ça x)

Et bien je ne sais pas trop pour la suite, je suis trop prise en ce moment u.ù
Mais c'est gentil quand même, merci :DD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Feuille d'Automne et son amour perdu...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Feuille d'Automne et son amour perdu...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'atelier rouge d'une Feuille d'Automne X) ♥
» Un amour perdu retrouvé- feat Kendall C. Cruz
» Socle 40mm arbre d'automne d'Ezborel
» Question ...
» Le souvenir d'un amour perdu [PV : Deilana et Archange]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Corbeille :: Le Charnier :: Hors RP-
Sauter vers: