AccueilAccueil  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Parfois, je me demande si les chose sont ce qu'elles sont. [PV Emeraude]

Aller en bas 
AuteurMessage
Poison Versatile
Admine Poisse
« Les Destins changent.. »

avatar

Double(s)-Compte(s) : /
PUF : Nuage E', Poisse, Songe Ephémère Lueurs, Naissante ou Plit.
Messages : 388
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Près de la cascade, à regarder les nuages de mousse de l'eau, qui ondule doucement avec le vent.

Profil du Félin
Age du Félin : 22 Lunes
Affinités :
Sexe et description:

MessageSujet: Parfois, je me demande si les chose sont ce qu'elles sont. [PV Emeraude]   Dim 14 Avr - 12:51

Une lueur me tira de mon état d’inertie ; une lueur si lumineuse qu’il me sembla que plus jamais je ne pourrais voir, mais, chose étrange, mes yeux étaient bien clos. Aussi clos qu’ils pouvaient l’être, et cet étrange absurdité ne sembla pas me déranger, puisque je me levais, et, sans bruits ni hésitations, m’engageais parmi les chats endormis, sans jamais en frôler, ne serait-ce qu’un seul. Là encore, je ne me faisais pas de ce soudainement parcourt sans fautes, et sortais enfin de la tanière. La grande lumière blanche se fit plus persistante, plus lumineuse encore, et, sans rien d’autre qu’un clignement d’yeux inutiles puisqu’ils étaient fermés, mais évidemment, je ne relevais pas et continuais, suivais le but qu’on m’avait fixé, ne sachant pas ce que je cherchais, ce que cherchaient mes yeux hagards et abrutis de noirs, ma tête se tournant vers un côté, puis l’autre, avant de se décider, suivant toujours la douloureuse lumière qui me sembla faire un pas vers moi, et ronron s’échappa d’on ne sais où, puis tout sembla s’évaporer, et je me mettais à courir, poursuivant pour une raison qui m’échappa cette lumière fuyante, certaines branches fouettaient mon visage, et, ne les voyant pas, je tentais de les deviner, de m’écarter et me baisser aux moments opportuns, mais rien, rien d’autres qu’un néant entrecoupés de bruits et de vagues ombres mouvantes qui ne me disaient rien. Le souffle bientôt court, je m’arrêtais, entendais un vague bruissement, puis, m’approchant, retrouva la lumière. Un petit sourire étira mes babines, et, en arrivant à ces côtés, je vis le rideau blanc aveuglant se muer en une chose plus petite, enfin, je ne vis pas, je distinguais, je devinais. Les auréoles claires qui encadraient une silhouette de blancs, qui bientôt se fondit dans le noir, me rappela quelque chose. Quelqu’un. Cette silhouette si fine, cette teinte grisée.. Mes yeux, comme happées par le noir tentèrent de se fermer, mais, dores et déjà fermés, pris dans les ténèbres s’affolèrent, avant de s’ouvrir, cette fois-ci, et de me laisser entrevoir brièvement une nuit sans étoiles, se reflétant dans de l’eau.. Tout sembla s’éloigner, tandis qu’une étoile jusque là invisible ne s’allume, m’envoyant son message, et que tout se revêtisse de brumes.
Mon réveil fut des plus agités, suite à cet plus qu’étrange rêve, qui, me semblait-il, était un message du clan des étoiles.. Je me levais, ébouriffais mon pelage aplatis par la nuit et sortais d’un pas tranquille de la tanière, pour, me sembla-t-il, la deuxième fois de la journée. Mes yeux s’habituèrent rapidement à la luminosité, toutefois pas aussi éblouissante que celle, blanche, de mon rêve. Le soleil, pas encore bien haut dans le ciel, se dressait, inchangé depuis la veille, ou même, l’aube des temps, promettant une bonne journée plus chaude que ces dernières. Je regardais le tas de gibier, pas bien remplis, mais il y avait tout de même de quoi tenir quelques heures encore avant de devoir chasser, je choisissais de m’en aller promener, quelque chose me trottait dans la tête, et, impossible de m’en débarrasser, de m’en dépêtrer, mes pensées n’allant et ne revenant qu’à ce sujet-là. Mon rêve. Il me fallait trouver ce lieu, où le ciel donnerait une telle vue, reflété dans l’eau, mais, n’ayant rien vue ou presque de tout ceci, je doutais d’y parvenir.. De plus, la nuit avait quitté le ciel pour la journée, et il me faudrait faire autre chose que de chercher un endroit avec de l’eau, où je rencontrerais quelqu’un qu’on veut me faire rencontrer, peut être quelqu’un qui a besoin d’aide ? Sans rien savoir de plus, je partais donc en quête de telle ou telle chose, d’un lieu comme un autre, ou à l’inverse, différent, sans distinction autre qu’il devait y avoir un cours d’eau, une marre, un étang ou une rivière.
Je cherchais en silence, réfléchissais, tentais de percer cet étrange énigme, le pourquoi du comment, mais surtout, le qui de la chose. Qui pourrait être ce chat ? Et surtout, pourquoi m’envoyer le trouver ? J’avais des idées, des probabilités pour ces deux questions, mais mes réponses n’étant que probables, je me montrais prudente, et laissais le temps s’écouler, à marcher silencieusement parmi les arbres, avançant droit vers mon destin, ou que-sais-je, marchant en tout cas vers le Ruisseau Agité que je reconnais sans mal à son tintamarre aquatique, et, m’approchant, je vis une petite silhouette féline, assez chétive, un poil gris et deux pupilles vertes..

________________________________
Merci à Wing pour cette signa sublime~
Autres Signatures..♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si les chose sont ce qu'elles sont. [PV Emeraude]   Mer 17 Avr - 11:51

Ce matin-là, je fus, malheureusement, tirée de mon sommeil par les coups de pattes d'une novice récemment nommée apprentie, qui faisait un cauchemar. Mal réveillée, oreilles rabattues, j'avais d'abord feulé, prête à jeter un commentaire désagréable. Mais la chatte, timide et un paniquée, m'avait un peu attendri et je m'étais contenté de sortir de ma tannière sans rien dire.
Les yeux à demi-ouverts, je m'apprêtai à être éblouie par les rayons du soleil, mais celui-ci était bas dans le ciel...
Je balayai du regard le camp : plutôt calme ; la patrouille de l'aube ne devait être partie il y a peu de temps. Deux guerriers discutaient devant leur tanière. En passant devant eux, je les saluai d'un signe de tête, respectueuse. Le plus robuste inclina la tête à son tour, mais le deuxième ne l'imita pas et me fixa d'un air méprisant, sa queue fouettant l'air. Il faisait sûrement parti de ce qui ne pensait que je n'avais rien à faire dans le Clan de l'Eau Vive, mon père étant un ancien chat domestique, puis errant.
Je lui lançai un regard de défi, la tête haute.
Puis je filai et sortis du camp, sûrement premier apprenti à le faire. Ayant remarqué que le tas de gibier n'était pas bien garni, je décidai d'aller chasser. Après un instant de réflexion, je choisis le ruisseau agité, grouillant de vie. La cascade étant trop dangereuse pour se désaltérer, les lapins et souris préféraient ce cours d'eau.
Je m'élançai donc, éclair gris parmi la nature verdoyante, les herbes et les branches basses me fouettant les pattes.

Arrivée à destination, je pointai les oreilles et entrouvris la gueule : aucun félin à l'horizon.
Je m'avançai à pas feutrés des buissons et racines d'arbres, les inspectant avec attention. Des fruits grignotés me prouvèrent qu'un rongeur quelconque était passé là récemment. Trop impatiente pour attendre un lapin ou un écureuil, je choisis de pêcher.
Je me plaçai sur un grand rocher gris, au bord du ruisseau, les plus proches de l'eau étant les plus glissants. A cet endroit-là, de nombreux rochers sortaient de l'eau, et on en devinait d'autres, plus profondément enterrés. Si je tombais, je risquai de me blesser ou de me casser quelque chose...
Je plissai les yeux, aux aguets. Quelques poissons passèrent, d'autres sautèrent ; mais soit ils étaient trop rapides, soit mes griffes glissaient sur leurs écailles mouillées, soit ils échappaient à mon étreinte.
Agacée, je sifflai et rabattis les oreilles. Lorsqu'un un gros animal aux reflets bleutés sauta, je balançai ma patte gauche pour le saisir... A cause de la pierre légèrement glissante et de l'élan que j'avais pris, je basculai, mes griffes frôlant l'eau. Affolée, je poussai un miaulement aigü et tentait de basculer tout mon poids sur mon arrière-train...


[Désolée si c'est un peu court... J'avais fais un RP plus long mais il y a eu un bug et je n'ai pas pu le récupérer Neutral ]
Revenir en haut Aller en bas
Poison Versatile
Admine Poisse
« Les Destins changent.. »

avatar

Double(s)-Compte(s) : /
PUF : Nuage E', Poisse, Songe Ephémère Lueurs, Naissante ou Plit.
Messages : 388
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Près de la cascade, à regarder les nuages de mousse de l'eau, qui ondule doucement avec le vent.

Profil du Félin
Age du Félin : 22 Lunes
Affinités :
Sexe et description:

MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si les chose sont ce qu'elles sont. [PV Emeraude]   Sam 4 Mai - 16:29

La silhouette n'était autre que, comme on pouvait s'y attendre, la jeune apprentie Nuage d'Emeraude. De là ou j'étais, je ne pouvais pas la voir entièrement et je devinais donc ses actions, cachée comme elle l'était à demi par un buisson, mais, en vu de ses mouvements, je devinais qu'elle s'essayait à pêcher, et de suite, après un contentement passager; si jeune et déjà, elle s'investissait pour le clan ! Elle ferait surement une très bonne guerrière; la peur me vint pour elle. Que se passerait-il si, par le plus grand des malheurs, elle glissait ou tombait dans l'eau ? Si les rochers la blessaient ? Un instinct bien connu me prit part la gorge, et m'approchais d'avantage, contournant sans aucun bruit le buisson gênant. En quelques pas à peine, j'avais une vue dégagée sur l'apprentie. Elle tentaient d'attraper les poissons au vol, et quoique sa technique fut imparfaite, ses mouvements étaient assez précis, et je m'étonnais qu'elle n'arrive pas à saisir un seul poisson. Mais, vu ses mouvements, ses pattes glissaient contre la peau visqueuse des poissons, et elle ne parvenaient à les attraper. Et bientôt, surement agacée, et surement éprouvé de ces échecs, elle me sembla plus résolues à y arriver, et sifflant de rage ou de colère, Nuage d'Emeraude se rapprocha encore un peu de l'eau. Quand un poisson passa par là, elle n'hésita pas et donna un puissant coup de patte dans sa direction, qui la fit vaciller, les roches étant plus glissantes encore que les écailles des poissons. Aussi affolé qu'on eut l'être dans une situation semblable, elle poussa un miaulement apeuré, et je bondissais pour la rattraper, tandis qu'elle se cramponnais et tentais de ne pas tomber en avant, vers les eaux tumultueuses du ruisseau.
Et, prise par une soudaine monté d'adrénaline, je m'élançais sans une peur ni hésitation vers l'apprentie, sautant sans ménagement pour mes coussinets sur les pierres humides et glissantes pour rejoindre son perchoir, et la prenais au cou, par la peau de la nuque et tirais de toute mes fores vers l'arrière, la poussais vers moi et le mur, les images de ma vision nocturne me venant en tête, je devais le faire, y arriver. Si j'avais été avertie, c'étais pour éviter ça. Elle ne devait pas tomber dans l'eau, c'était pourquoi j'étais là, elle pourrait se blesser en tombant, s’assommer contre les roches pointus puis se noyer, ou encore tomber d'un coup dans l'eau et perdre sa respiration, ne plus pouvoir respirer ou j'en passe, mais toutes ses issues n'étaient pas les plus joyeuses, et, les chances qu'elle en ressorte indemne si mince.. Je redoublais donc d'efforts, les muscles tendus à s'en rompre, à mon maximum ou presque, je tirais, poussais pour l'amener vers moi, elle qui continuait de glisser, aspirée par l'eau qui l'attendait en bas.

Toute une foule de pensée se bousculait dans ma tête, me donnant l'impression imminente d'une implosion de celle-ci, le temps, qui, au moment de la chute de Nuage d'Emeraude me semblait trop rapide, me semblait maintenant suspendu, comme si le temps stoppais sa course, pour vaquer à autre chose, ou bien regarder la scène de plus près, évaluer nos chances ou autres raisons, mais, en tout cas, le temps me semblait bien lent à poursuivre, à amener la suite des événements, et mon coeur, lui, bien trop rapide par rapport au temps, et bientôt, soudainement, comme une bulle qui explose sans un bruit, tout les bruits environnant, alors happés par ma concentration resurgirent et le vacarme ambiant, le brouhaha de l'eau du ruisseau, le bruit des oiseaux, le clapotis des poissons s'aventurant à sauter hors de l'eau, le vent dans les branchages, et tout les autres bruits me foncèrent dessus, me déboussolèrent complètement ou presque pendant un instant, avant que, constatant que je glissais à mon tour, je ne me reprenne et force encore un peu pour nuis hisser plus haut, pour nous éloigner de ce danger, pour protéger Nuage d'Emeraude de l'épreuve dans laquelle nous étions, des problèmes vers lesquelles nous foncions, et vers lesquelles je tentais de freiner.

________________________________
Merci à Wing pour cette signa sublime~
Autres Signatures..♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
Poison Versatile
Admine Poisse
« Les Destins changent.. »

avatar

Double(s)-Compte(s) : /
PUF : Nuage E', Poisse, Songe Ephémère Lueurs, Naissante ou Plit.
Messages : 388
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Près de la cascade, à regarder les nuages de mousse de l'eau, qui ondule doucement avec le vent.

Profil du Félin
Age du Félin : 22 Lunes
Affinités :
Sexe et description:

MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si les chose sont ce qu'elles sont. [PV Emeraude]   Dim 16 Fév - 17:36

A archivé, je pense :s..

________________________________
Merci à Wing pour cette signa sublime~
Autres Signatures..♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://lesangdenoscoeurs.forumgratuit.ch/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parfois, je me demande si les chose sont ce qu'elles sont. [PV Emeraude]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parfois, je me demande si les chose sont ce qu'elles sont. [PV Emeraude]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grim ▬ Quand les brebis enragent, elles sont pires que les loups. (end)
» Elles sont bonnes, elles sont brutes et elles truandent ! [PV Kory/Méliss']
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.
» elles sont belles, les entreprises françaises...
» parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans :: Corbeille :: Le Charnier :: Clan de l'Eau Vive-
Sauter vers: